Les pleurs du bébé – les raisons

Introduction

Les pleurs sont un événement normal dans la vie de tous les bébés. Lorsqu’un bébé sort du ventre de sa mère, la première chose à faire est de pleurer. Au premier pleur, il aspire de l’air dans les poumons pour la première fois de sa vie. Après l’accouchement, si le bébé ne pleure pas, il faut le faire en pinçant légèrement ou en caressant doucement les pieds. Il est donc clair que le bébé en bonne santé doit pleurer et que c’est un événement physiologique normal, qui peut parfois perturber la mère ou les membres de la famille.

Nous savons tous qu’un bébé ne peut pas exprimer ses besoins ou ses problèmes avec des mots. La seule façon pour lui de communiquer avec les autres est de pleurer. Les bébés montrent d’autres signes comme les coups de pieds, les signes de la main et les mouvements de la tête, etc.

Les pleurs excessifs peuvent ne pas être définis de manière précise, car les habitudes de pleurs changent d’un bébé à l’autre et certains bébés peuvent être calmés facilement, mais d’autres sont difficiles à calmer. Si les pleurs sont pénibles pour la mère et l’infirmière à domicile, on peut les qualifier d’excessifs. Souvent, le bébé se calme en donnant du lait maternel ou en le portant en le berçant doucement. L’apparition soudaine de pleurs excessifs signifie que le bébé est en détresse et a besoin d’attention. Les causes des pleurs vont de simples raisons à des conditions qui mettent la vie en danger.

La plupart du temps, il est difficile de trouver la cause du cri. Les causes communes sont discutées ici à des fins de sensibilisation.

Raisons courantes pour pleurer

  • Faim : Un bébé affamé pleurera jusqu’à ce qu’il ait du lait.
  • Couche sale : La miction et la défécation provoquent une certaine gêne et font pleurer jusqu’à ce que ses parties soient nettoyées et séchées.
  • Société : La majorité des enfants ont besoin de quelqu’un à proximité. Lorsqu’ils se sentent seuls, ils pleurent et lorsque leur poupée préférée s’éloigne de leur main, ils crient à l’aide.
  • Fatigué : Lorsque le bébé est fatigué après un voyage et qu’il ne peut pas dormir, il suffit de pleurer simplement, car il se sent fatigué dans des conditions inconfortables et en raison d’un climat malsain.
  • Chaleur et froid : S’ils ont trop chaud ou trop froid, ils deviennent agités et pleurent. L’enfant est à l’aise dans une pièce bien aérée.
  • Tenue serrée : Les enfants ne supportent pas les manteaux trop serrés, surtout par temps chaud, car l’élasticité de la robe peut provoquer des douleurs au niveau des hanches.
  • Pièce sombre : Lorsque le bébé se réveille du sommeil, il a besoin d’une lumière faible. S’il fait nuit, il perturbe le sommeil de ses parents en pleurant. Bien sûr, il sera irrité par une lumière forte qui le fera pleurer.
  • Moustique : Oui, ces créatures perturbent le sommeil par leur succion de sang et font pleurer le bébé.
  • Blocage nasal : L’enfant peut ne pas pouvoir dormir lorsqu’il est enrhumé et continuer à pleurer jusqu’à ce que le passage soit ouvert.
  • Glaires : Cela entraîne également une respiration difficile, qui se traduit par des pleurs, et souvent un son typique peut être entendu à chaque respiration.
  • Douleurs généralisées : Des douleurs corporelles généralisées avec agitation sont observées lors de la grippe et les stades prodromiques de certaines maladies infectieuses peuvent entraîner des pleurs continus.
  • Pleureurs habituels : Certains bébés pleurent sans cause réelle, ce qui plonge les parents dans l’agonie. On appelle souvent un médecin pour obtenir de l’aide.
  • L’érythème fessier : Si une couche serrée et mouillée est conservée longtemps, il en résulte cette condition. L’éruption peut également être due à une réaction allergique au matériau élastique de la couche. Lorsque l’éruption apparaît, elle provoque des douleurs et le bébé devient insomniaque et pleure. Toutes les autres lésions cutanées comme l’eczéma, l’ecthyma, la candidose, etc. causent les mêmes problèmes.
  • Douleur d’oreille : L’infection de l’oreille est fréquente dans les climats humides. Elle peut se propager à partir de la gorge. L’infection de l’oreille peut entraîner la rupture du tympan et l’écoulement de pus. Le mal d’oreille s’aggrave généralement la nuit lorsque l’enfant est allongé. L’enfant s’agite en pleurant et ne vous permet pas de toucher l’oreille. Certains enfants souffrant de mal d’oreille se frottent fréquemment l’oreille atteinte.
  • Colique : La plupart d’entre nous diagnostiquent des coliques lorsque le bébé pleure en permanence. Ce problème fait encore l’objet de débats, car la cause exacte des coliques n’est pas connue et le diagnostic est également difficile à confirmer. Les coliques peuvent être associées à un grondement et à une distension de l’abdomen. L’enfant se sent souvent mieux lorsqu’il est allongé sur le ventre. Certains enfants ne vous permettent pas de toucher l’abdomen.
  • Infections : Toutes les infections provoquent une douleur ou une irritation quelconque qui se traduit par des pleurs. L’infection peut se trouver n’importe où dans le corps. Elle est généralement associée à de la fièvre, des rougeurs et des gonflements.
  • Réactions à certains aliments : On dit que la nourriture d’un homme est le poison d’un autre homme. Certains aliments peuvent provoquer des réactions allergiques qui se manifestent par des rougeurs, un essoufflement, des symptômes gastriques et des pleurs continus.
  • Selles dures : Les bébés constipés qui ont des selles dures peuvent pleurer lorsqu’ils ont envie de faire leurs besoins.
  • Réflexe gastro-oesophagien : Si les pleurs continus, cela peut être dû à un réflexe gastro-œsophagien, qui est dû à l’incapacité de la partie inférieure de l’œsophage à se fermer après la prise de nourriture, ce qui provoque des régurgitations de l’estomac. Il est difficile de diagnostiquer cette condition et peut être confirmé par l’administration de médicaments anti nauséeux.
  • Dentition : Pendant la dentition, l’enfant s’agite en pleurant, ce qui est souvent associé à des troubles gastriques et à la diarrhée.

Quelques rares raisons

  • Obstruction intestinale : L’obstruction intestinale est associée à des douleurs et des vomissements intenses, l’abdomen est distendu par des grondements, le bébé est constipé par l’absence de flatus.
  • Septicémie : L’invasion de micro-organismes pathogènes dans le sang est appelée septicémie, à laquelle est associée la fièvre.
  • Torsion des testicules chez les enfants mâles : Lorsqu’un bébé de sexe masculin pleure continuellement, son scrotum doit être examiné. La torsion des testicules produit une douleur intense qui s’aggrave lorsqu’on touche les testicules. Lorsque les testicules sont poussés vers le haut, la douleur est libérée. Si elle n’est pas traitée correctement, elle peut endommager les testicules touchés en raison d’un manque d’apport sanguin.
  • Méningite : Au début, il n’y a peut-être pas de fièvre, d’où les pleurs du bébé avec un regard vide et une irritabilité qui ne doivent pas être ignorés. La rigidité du cou et les convulsions peuvent apparaître plus tard.
  • Rétention d’urine : Les enfants souffrant de rétention d’urine auront une douleur atroce qui les rendra agités.
  • Blessures graves : Les blessures graves à n’importe quelle partie du corps provoquent des douleurs. Il arrive que les enfants tombent en se levant et se blessent à la tête. Les blessures à la tête sont associées à des vomissements et des convulsions réflexes.

Que faire quand vos enfants pleurs

Bien que les pleurs soient considérés comme normaux, ils peuvent inquiéter les membres de la famille, mais comme les raisons des pleurs vont de simples causes à des causes graves, il ne faut pas les ignorer et la cause exacte doit donc être identifiée et gérée en conséquence.

Voici quelques points à prendre en compte lorsque l’on a affaire à un bébé qui pleure.

  • Il est dangereux de secouer vigoureusement le bébé.
  • Les vetements serrées peuvent provoquer des irritations.
  • Si la pièce est chaude, mettez le ventilateur et ouvrez les fenêtres.
  • Si la couche est mouillée, retirez-la et, après avoir nettoyé les parties, faites-la sécher avec une serviette douce.
  • Tapotez-lui le dos ou caressez-lui la tête lentement et laissez-lui entendre votre son apaisant.
  • Donnez-lui du lait maternel.
  • Si le climat est froid, couvrez-le d’une serviette douce.
  • Bercez-le doucement dans vos bras et marchez lentement dans la pièce.
  • Prenez une poupée qui fait de la musique et laissez-le écouter.
  • Essayez une tétine ou aidez-le à sucer son pouce.
  • Si aucune réponse ne lui est donné, changez sa position.
  • Sortez avec lui.
  • Mettez-le sur le berceau et bercez-le doucement.

Même après toutes ces étapes, le bébé continue de pleurer, voyez les signes suivants.

( La cause probable est donnée après chaque signe)

  • Appuyez doucement sur son abdomen, elle peut se tordre ou vous résister.
  • Tirez doucement sur son oreille, elle peut s’aggraver ou repousser vos mains :—Infection d’oreille.
  • Sentez sa température avec le dos de vos mains:–Fièvre due à une infection quelconque.
  • Examinez la peau de la tête aux pieds – maladie éruptive, érythème fessier, rougeole, vésicules, allergies, etc.
  • Voir le nez pour toute décharge:–Coryza.
  • Bougez la tête doucement pour sentir une raideur de la nuque : méningite, blessure à la tête, etc.
  • Gardez votre oreille près de sa poitrine pour entendre tout bruit de cliquetis:–Muqueux accru dans les conduits d’air -pneumonie, bronchiolite, bronchite asthmatique, etc.
  • Examinez l’orifice anal – érosion anale, polype rectal, rampement des vers.
  • Examinez les organes génitaux –Toute décharge ou érosion.
  • Chez le bébé de sexe masculin, voir les testicules qui peuvent être gonflés ou sensibles –Orchite, torsion des testicules.
  • Remarquez également les mouvements du corps et observez les convulsions, les vomissements, la toux, les difficultés respiratoires, etc.

Si vous observez les signes ci-dessus ou tout autre signe anormal, consultez votre médecin pour un traitement approprié.

Le sommeil pendant l’enfance et la petite enfance

Pendant la petite enfance

Pendant les trois ou quatre semaines qui suivent la naissance, le nourrisson dort plus ou moins, jour et nuit, ne se réveillant que pour satisfaire les exigences de la faim ; à l’expiration de ce délai, cependant, chaque intervalle d’éveil s’allonge, de sorte qu’il dort moins fréquemment, mais plus longtemps à la fois.

Cette disposition à se reposer dans les premières semaines de la vie du nourrisson ne doit pas être entravée ; mais cette période étant écoulée, il faut prendre grand soin d’induire une régularité dans ses heures de sommeil, sinon on en prendra trop dans la journée, et des nuits agitées et perturbées s’ensuivront. L’enfant doit prendre l’habitude de dormir au milieu de la journée, avant son dîner, et pendant environ deux heures, plus ou moins. S’il est mis au repos à un moment ultérieur de la journée, il passera invariablement une mauvaise nuit.

Au début, le nourrisson devrait dormir avec son parent. La basse température de son corps et son faible pouvoir de production de chaleur le rendent nécessaire. S’il arrive toutefois que l’enfant ait des nuits agitées et perturbées, il doit immédiatement être mis au lit et confié aux soins d’une autre personne, qui le ramènera à sa mère à une heure précoce du matin, afin d’être allaité. Cette mesure est nécessaire pour préserver la santé de la mère, qui serait bien sûr rapidement perturbée par des nuits blanches, et le nourrisson souffrirait également de l’influence que cette santé perturbée aurait sur le lait.

Après un mois ou six semaines, l’enfant, s’il est en bonne santé, peut dormir seul dans un berceau ou un lit d’enfant, en veillant à ce qu’il ait suffisamment de vêtements, que la pièce dans laquelle il est placé soit suffisamment chaude, et que la position du lit d’enfant lui-même ne soit pas exposée à des courants d’air froid. Il est essentiellement nécessaire de veiller à ces points, car la faculté de produire de la chaleur, et donc la puissance de maintenir la température, est moindre pendant le sommeil qu’à tout autre moment, et l’exposition au froid est donc particulièrement préjudiciable. Il arrive trop souvent qu’une inflammation d’un organe interne se produise dans de telles circonstances, sans que la véritable source de la maladie ne soit jamais soupçonnée. Il faut cependant se garder ici d’une erreur fréquente, celle de couvrir le nourrisson dans son lit avec trop de vêtements. Le but est de maintenir le nourrisson suffisamment chaud avec de l’air pur ; il doit donc avoir libre accès à sa bouche, et l’atmosphère de toute la pièce doit être maintenue suffisamment chaude pour permettre à l’enfant de la respirer librement.

L’enfant jusqu’à l’âge de deux ans au moins doit dormir sur un lit de plumes, pour les raisons mentionnées ci-dessus. Après le sixième mois, l’oreiller doit être en crin de cheval, car c’est à ce moment-là que commencent les premières dents et il est très important de garder la tête au frais.

Pendant l’enfance

Jusqu’à la troisième ou quatrième année, l’enfant doit être autorisé à dormir une heure environ avant son dîner. Après cette période, il peut être progressivement interrompu ; mais il faut se rappeler que, pendant toute la période de l’enfance, il a besoin de plus de sommeil qu’à l’âge adulte. L’enfant doit donc être mis au repos tous les soirs entre sept et huit heures ; et s’il est en bonne santé, il dormira profondément jusqu’au lendemain matin. La régularité du temps de repos est le point essentiel à respecter ; il ne faut rien y faire et ne laisser l’enfant que dormir sans être dérangé, jusqu’à ce qu’il se réveille de lui-même le lendemain matin et qu’il se soit suffisamment reposé.

La quantité de sommeil nécessaire pour préserver la santé varie en fonction de l’état du corps et des habitudes de l’individu. Les nourrissons passent la plus grande partie de leur temps en sommeil. Les enfants dorment douze ou quatorze heures. L’écolier en a généralement dix. Chez les jeunes, un tiers des vingt-quatre heures est passé en sommeil. Alors que, à un âge avancé, beaucoup ne passent pas plus de six heures en sommeil.

Une fois réveillé, il ne devrait pas être autorisé à rester plus longtemps au lit, mais devrait être encouragé à se lever immédiatement. C’est ainsi que l’on peut prendre l’habitude de se lever tôt, ce qui permet d’éviter de nombreux maux graves auxquels les parents ne sont pas suffisamment habitués, de promouvoir la santé mentale et corporelle, et de toutes les habitudes, on dit que c’est celle qui est la plus propice à la longévité.

Un enfant ne doit jamais être réveillé soudainement de son sommeil ; il excite le cerveau, accélère l’action du cœur et, si cela se reproduit souvent, cela peut avoir de graves conséquences. Le passage du sommeil à l’éveil doit toujours être progressif.

Le lit sur lequel l’enfant dort maintenant devrait être un matelas : à cet âge, un lit de plumes est toujours nuisible aux enfants ; car le corps, s’enfonçant profondément dans le lit, est complètement enfoui dans les plumes, et le degré de chaleur non naturelle ainsi produite détend et affaiblit le système, en particulier la peau, et rend l’enfant inhabituellement sensible aux impressions de froid. Ensuite, au lieu de faire le lit le matin dès qu’il est libéré, et alors qu’il est encore saturé par les exhalaisons nocturnes du corps, il bien aérer la pièce. Il est également indispensable de ne pas permettre à l’enfant de dormir avec des personnes en mauvaise santé ou très avancées dans leur vie ; si possible, il doit dormir seul.

Notre blog

Nous alimentons notre blog de manière continue avec des articles qui sont à la fois intéressants pertinents avec le monde des massages avec la méthode Renata França.

Le drainage lymphatique stimule le système lymphatique de l’organisme, ce qui favorise l’élimination des toxines et des déchets. Une circulation…
En lire plus

Les calculs rénaux sont des dépôts de minéraux et de sel qui se cristallisent dans les reins. Ils se solidifient…
En lire plus

De nombreuses personnes souffrent d’une gêne au niveau de l’épaule, mais il est prouvé que le sport et les exercices…
En lire plus

Contactez-nous

Nous restons disponibles pour toute demande ou questions concernant la méthode Renata França. Si vous souhaitez mieux discuter avec nous des avantages de la méthode, ou que vous désirez entrer en contact avec l'Institut, il vous est possible de le faire par le biais de notre formulaire de contact. Nous vous assurons de vous fournir une réponse dans les plus brefs délais.









    dan
    Aller sur Whatsapp
    1
    Scan the code
    Contactez Institut Therapeia
    Des questions ? Une prise de RDV ? Contactez-moi sur Whatsapp !