Le pouvoir de transformation de l’alcool est merveilleux et souvent effroyable. Les hommes les plus gentils, lorsqu’ils sont sobres, agissent souvent comme des monstres lorsqu’ils sont ivres. Des crimes et des outrages sont commis, qui choquent et font honte à leurs auteurs lorsque l’excitation de l’ivresse est passée. À ce sujet, le Dr Henry Munroe déclare

« Il ressort de l’expérience de M. Fletcher, qui a accordé beaucoup d’attention aux cas d’ivrognes, des remarques de M. Dunn, dans son ouvrage « Medical Psychology », et de mes propres observations, qu’il existe une certaine analogie entre nos natures physique et psychique ; En effet, comme la partie physique de notre corps, lorsque sa puissance est au plus bas, devient susceptible d’influences morbides qui, en pleine vigueur, passeraient au-dessus d’elle sans effet, de même lorsque la partie psychique (synonyme de morale) du cerveau voit son fonctionnement sain perturbé et dérangé par l’introduction d’un poison morbide comme l’alcool, l’individu ainsi circonscrit sombre dans la dépravation et « devient le sujet impuissant des forces du mal », qui sont impuissantes contre une nature libérée des influences morbides de l’alcool. « 

Différentes personnes sont affectées de différentes manières par le même poison. La consommation de boissons alcoolisées peut agir sur un ou plusieurs organes cérébraux et, comme conséquence nécessaire, les manifestations d’un trouble fonctionnel se manifesteront dans les pouvoirs mentaux que ces organes desservent. Si l’indulgence se poursuit, alors, que ce soit à cause d’une alimentation perturbée ou d’une lésion organique, les manifestations qui ne se sont développées que pendant un accès d’intoxication peuvent devenir permanentes et se terminer par la folie ou la dypsomanie. M. Flourens a d’abord souligné le fait que certains agents morbides, lorsqu’ils sont introduits dans le courant de la circulation, ont tendance à agir principalement et spécialement sur un centre nerveux de préférence à un autre, en vertu d’une affinité élective spéciale entre ces agents morbides et certains ganglions. Ainsi, dans la démarche chancelante de l’homme pompette, on constate l’influence de l’alcool sur les fonctions du cervelet dans l’altération de sa capacité de coordination des muscles.

Certains auteurs sur les maladies de l’esprit font particulièrement allusion à cette forme de folie appelée « dypsomanie », dans laquelle une personne a une soif insatiable de boissons alcoolisées.

L’alcool peut provoquer des tendances maniaques telles que :

  • La Manie meurtrière
  • La pyromanie
  • La kleptomanie

La manie meurtrière

Les différentes tendances de la manie meurtrière chez les différents individus ne sont souvent mises en action que lorsque le courant sanguin a été empoisonné par l’alcool. J’ai eu le cas d’une personne qui, chaque fois que son cerveau était si excité, me disait qu’elle éprouvait un désir incontrôlable de tuer ou de blesser quelqu’un ; à tel point qu’elle pouvait parfois difficilement s’empêcher d’agir et était obligée de s’abstenir de tout stimulant, de peur de s’engager dans un moment de malchance. Townley, qui a assassiné la jeune femme de ses affections, ce qui lui a valu d’être condamné à vie à l’asile d’aliénés, a empoisonné son cerveau avec du brandy et de l’eau gazeuse avant de commettre l’acte téméraire. Le brandy a stimulé l’action de certaines parties du cerveau, qui ont acquis un tel pouvoir qu’elles ont subjugué sa volonté et l’ont précipité dans la réalisation d’un acte effroyable, opposé à son meilleur jugement et à ses désirs ordinaires.

Pyromanie

En ce qui concerne la pyromanie, j’ai connu il y a quelques années un ouvrier dans un village de campagne qui, lorsqu’il avait bu quelques verres de bière au débit de boissons, riait avec plaisir à l’idée de tirer sur certaines personnes. Pourtant, lorsque son cerveau était libéré du poison, un homme plus calme et mieux disposé ne pouvait l’être. Malheureusement, il devint dépendant de ses habitudes d’intoxication ; et, une nuit, sous l’effet de l’alcool, il tira quelques cheminées appartenant à ses employeurs, pour lesquelles il fut condamné à quinze ans de prison, où son cerveau ne serait plus jamais excité par l’alcool.

Kleptomanie

J’ai connu, il y a de nombreuses années, un jeune homme très intelligent, travailleur et talentueux, qui m’a dit que chaque fois qu’il avait bu, il pouvait difficilement résister à la tentation de voler tout ce qui se trouvait sur son chemin ; mais que ces sentiments ne le troublaient jamais à d’autres moments. Un après-midi, après avoir bu avec ses collègues de travail, sa volonté a malheureusement été écrasée et il a pris dans le manoir où il travaillait quelques articles de valeur, ce dont il a été accusé, puis condamné à une peine de prison. Une fois libéré, il eut la chance d’être placé parmi des personnes de bonne volonté, vulgairement appelées « abstinents », et, pour des raisons de conscience, il signa le PLEDGE, il y a maintenant plus de vingt ans. De cette époque à aujourd’hui, il n’a jamais éprouvé le désir impérieux qui l’a si souvent assailli dans ses jours de beuverie de prendre ce qui n’était pas à lui. De plus, aucun prétexte sur terre ne pourrait désormais l’inciter à goûter à une quelconque liqueur contenant de l’alcool, sentant que, sous son influence, il pourrait à nouveau en être la victime. Il occupe une position influente dans la ville où il réside.

J’ai connu des dames de bonne position dans la société qui, après un dîner, et après avoir pris divers verres de vin, ne pouvaient pas résister à la tentation de rapporter à la maison un petit article qui n’était pas le leur, lorsque l’occasion s’en présentait ; et qui, dans leurs moments de sobriété, les ont rendues, comme si elles avaient été prises par erreur. Nous avons de nombreux cas enregistrés dans nos rapports de police de messieurs de position, sous l’influence de l’alcool, commettant des vols des articles les plus dérisoires, puis rendus à leurs propriétaires par leurs amis, ce qui ne peut s’expliquer, psychologiquement, que par le fait que la volonté avait été pour le moment complètement dépassée par l’influence subtile de l’alcool.

Perte de clarté mentale

L’alcool, qu’il soit consommé en grandes ou en petites doses, perturbe immédiatement les fonctions naturelles du corps et de l’esprit, est aujourd’hui reconnu par les plus éminents physiologistes. Le Dr Brinton déclare : « L’acuité mentale, la précision de la conception et la délicatesse des sens sont jusqu’à présent toutes opposées à l’action de l’alcool, car les efforts maximums de chacun sont incompatibles avec l’ingestion d’une quantité modérée de liquide fermenté. En effet, il n’y a guère de vocation qui exige un effort habile et précis de l’esprit et du corps, ou qui nécessite l’exercice équilibré de nombreuses facultés, qui n’illustre pas cette règle. Le mathématicien, le joueur, le métaphysicien, le joueur de billard, l’auteur, l’artiste, le médecin, s’ils pouvaient analyser correctement leur expérience, seraient généralement d’accord avec l’affirmation selon laquelle un seul verre suffit souvent pour enlever, pour ainsi dire, l’avantage à l’esprit et au corps, et pour réduire leur capacité à quelque chose en dessous de ce qui est relativement leur perfection de travail.

Un train a été conduit avec insouciance dans l’une des principales gares de Londres, a heurté un autre train, tuant, par la collision, six ou sept personnes et en blessant beaucoup d’autres. D’après les preuves recueillies lors de l’enquête, il semble que le garde était considéré comme sobre, mais qu’il avait bu deux verres de bière avec un ami dans une gare précédente. Maintenant, en raisonnant psychologiquement, ces deux verres de bière avaient probablement contribué à lui faire perdre le fil de ses perceptions et de sa prudence, et à produire une imprudence ou une audace qui ne se serait pas produite sous l’influence rafraîchissante et tempérée d’une boisson sans alcool. De nombreuses personnes m’ont avoué qu’elles n’étaient plus les mêmes après avoir pris ne serait-ce qu’un seul verre de bière ou de vin qu’elles étaient avant, et qu’elles ne pouvaient plus se faire entièrement confiance après avoir pris ce seul verre.

Altération de la mémoire

Une altération de la mémoire fait partie des premiers symptômes du dérèglement alcoolique.

« Cela », dit le Dr Richardson, « s’étend même à l’oubli des choses les plus communes ; aux noms de personnes familières, aux dates, aux devoirs de la vie quotidienne. Curieusement aussi, ajoute-t-il, cet échec, comme celui qui indique, chez les personnes âgées, l’ère de la seconde enfance et du simple oubli, ne s’étend pas aux choses du passé, mais se limite aux événements qui passent. Sur les vieux souvenirs, l’esprit conserve son pouvoir ; sur les nouveaux, il a besoin d’être constamment stimulé et soutenu ».

Dans cette défaillance de la mémoire, la nature nous avertit solennellement qu’un péril imminent est à notre portée. Tant mieux pour le buveur habituel s’il tient compte de l’avertissement. S’il ne le fait pas, des symptômes plus graves se développeront avec le temps, à mesure que le cerveau devient de plus en plus malade, pour se terminer, peut-être, par une folie permanente.

Les maladies mentales et morales

Parmi les maladies mentales et morales qui suivent trop souvent la consommation régulière d’alcool, nous avons des traces douloureuses dans les rapports d’asile, dans les témoignages médicaux et dans nos observations et expériences quotidiennes. Ils sont si complets et si variés, et si constamment portés à notre attention, que l’on peut s’étonner que les hommes ne craignent pas de courir les risques terribles qu’implique même ce que l’on appelle la consommation modérée de boissons alcoolisées.

En 1872, un comité restreint de la Chambre des Communes, nommé « pour étudier le meilleur plan de contrôle et de gestion des ivrognes habituels », a demandé à certains des plus éminents médecins de Grande-Bretagne de donner leur témoignage en réponse à un grand nombre de questions, couvrant tous les sujets du champ d’investigation, de la pathologie de l’ivresse à l’utilité pratique des lois d’interdiction. Dans ce témoignage, on a beaucoup parlé de l’effet de la stimulation alcoolique sur la condition mentale et le caractère moral.

Un médecin, le Dr James Crichton Brown, qui, en dix ans d’expérience en tant que directeur d’asiles de fous, a accordé une attention particulière aux relations entre l’ivresse habituelle et la folie, ayant examiné avec soin cinq cents cas, a témoigné que l’alcool, pris en excès, produisait différentes formes de maladies mentales, dont il a mentionné quatre classes :

  • Mania a potu , ou manie alcoolique
  • La monomanie de la suspicion
  • L’alcoolisme chronique, caractérisé par une défaillance de la mémoire et du pouvoir de jugement, avec une paralysie partielle qui se termine généralement par la mort.
  • La dypsomanie, ou besoin irrésistible de stimulants alcooliques, très fréquente, paroxystique, et pouvant s’aggraver périodiquement, lorsque le besoin devient incontrôlable. À propos de cette dernière forme de maladie, il dit : « Elle est invariablement associée à une certaine altération de l’intellect, des affections et des pouvoirs moraux… ».

Le Dr Alexander Peddie, médecin ayant exercé pendant plus de trente-sept ans à Édimbourg, a donné, dans son témoignage, de nombreux exemples remarquables des perversions morales qui ont suivi la poursuite de la consommation d’alcool.

Relation entre la folie et l’ivresse

Le Dr John Nugent a déclaré que son expérience de vingt-six ans parmi les fous, l’a amené à croire qu’il existe une relation très étroite entre les résultats de l’abus d’alcool et la folie. La population de l’Irlande a diminué, dit-il, de deux millions en vingt-cinq ans, mais il y a la même quantité de folie maintenant qu’avant. Il a attribué cela, dans une large mesure, à l’indulgence envers l’alcool.

Le Dr. Arthur Mitchell, commissaire à la Lunacy pour l’Écosse, a témoigné que l’usage excessif d’alcool était à l’origine d’une grande partie de la folie, du crime et du paupérisme de ce pays. Chez certains hommes, a-t-il dit, la consommation habituelle d’alcool entraîne d’autres maladies que la folie, car l’effet va toujours dans le sens de la propension, mais il est certain qu’il y en a beaucoup chez qui il existe une nette propension à la folie, qui échapperaient à cette consommation effroyable si ce n’était pour boire ; la consommation excessive d’alcool chez de nombreuses personnes déterminant la folie à laquelle elles sont, en tout cas, prédisposées . Les enfants d’ivrognes, a-t-il ajouté, dans une plus grande proportion deviennent eux-mêmes ivrognes ; ils sont également dans une plus grande proportion sujets aux formes ordinaires de la folie acquise.

Le Dr Winslow Forbes pensait que chez l’ivrogne habituel, toute la structure nerveuse, et le cerveau en particulier, était empoisonnée par l’alcool. Tous les symptômes mentaux qui accompagnent l’intoxication ordinaire, remarque-t-il, résultent des effets toxiques de l’alcool sur le cerveau. C’est le cerveau qui est le plus touché. En cas d’ivresse temporaire, le cerveau se trouve dans un état d’alimentation anormal, et si cette habitude persiste pendant des années, le tissu nerveux lui-même s’imprègne d’alcool, et des changements organiques se produisent dans les tissus nerveux du cerveau, produisant cette effroyable et terrible folie chronique que nous voyons dans les asiles de fous, entièrement imputable à des habitudes d’intoxication . Un grand pourcentage des terribles troubles mentaux et cérébraux peut, a-t-il déclaré, être attribué à l’ivresse des parents.

Le Dr D.G. Dodge, anciennement de l’asile pour personnes ivres de l’État de New York, qui, avec. Joseph Parrish, a témoigné devant la commission de la Chambre des Communes, a déclaré, dans l’une de ses réponses « Avec l’usage excessif d’alcool, des troubles fonctionnels apparaîtront invariablement, et aucun organe ne sera plus gravement affecté, et éventuellement altéré, que le cerveau.  Cela se traduit chez l’ivrogne par un affaiblissement de l’intellect, une débilité générale des facultés mentales, une perte partielle ou totale de l’estime de soi et un abandon du pouvoir de se commander, qui, tous ensemble, mettent la victime à la merci d’un appétit dépravé et morbide et la rendent totalement impuissante, par ses propres efforts, à se rétablir de la maladie qui la détruit. Et il ajoute : « Je suis d’avis qu’il y a une « grande similitude entre l’ivresse et la folie ».

« Je suis fermement convaincu que la première a pris sa place dans la famille des maladies aussi éminemment que la folie de son frère jumeau ; et, à mon avis, le jour n’est pas loin où la pathologie de la première sera aussi bien comprise et traitée avec autant de succès que celle de la seconde, et même avec plus de succès, puisqu’elle est davantage à la portée et dans les limites du contrôle humain qui, sagement exercé et scientifiquement administré, peut empêcher l’ivresse curable de frôler une éventuelle folie incurable.

Elle excite les pires passions de l’homme

En excitant ces centres reptiliens, elle libère toutes les passions, et leur donne plus ou moins de domination sans licence sur l’homme. Elle excite la colère et, lorsqu’elle ne conduit pas à cet extrême, elle garde l’esprit fébrile, irritable, insatisfait et captif…. Et si je devais vous faire traverser toutes les passions, l’amour, la haine, la luxure, l’envie, l’avarice et l’orgueil, je ne ferais que vous montrer que l’alcool les dessert toutes ; que, paralysant la raison, il enlève à ces passions ce fin réglage de la raison, qui place l’homme au-dessus des animaux. Du début à la fin de son influence, il subjugue la raison et libère les passions. Les analogies, physiques et mentales, sont parfaites. Ce qui relâche la tension des vaisseaux qui alimentent le corps avec ordre et précision, et, par là même, libère le cœur à l’excès violent et au mouvement débridé, relâche aussi la raison et libère la passion. Dans les deux cas, le cœur et la tête sont, pour un temps, en désaccord ; leur équilibre est rompu.

Notre blog

Nous alimentons notre blog de manière continue avec des articles qui sont à la fois intéressants pertinents avec le monde des massages avec la méthode Renata França.

Le thé vert est une boisson populaire qui offre de nombreux bienfaits pour la santé. Dans cet article, nous allons…
En lire plus

Octobre est le mois national de la sensibilisation au cancer du sein. Vous avez probablement vu les rubans roses attirer…
En lire plus

Aujourd’hui, nous allons explorer en détail les multiples bienfaits que l’ashwagandha, cette plante adaptogène très appréciée en médecine ayurvédique, peut…
En lire plus

Contactez-nous

Nous restons disponibles pour toute demande ou questions concernant la méthode Renata França. Si vous souhaitez mieux discuter avec nous des avantages de la méthode, ou que vous désirez entrer en contact avec l'Institut, il vous est possible de le faire par le biais de notre formulaire de contact. Nous vous assurons de vous fournir une réponse dans les plus brefs délais.









    dan
    Aller sur Whatsapp
    1
    Scan the code
    Contactez Institut Therapeia
    Des questions ? Une prise de RDV ? Contactez-moi sur Whatsapp !